• voieoff architectes

Villa D.

Dernière mise à jour : 11 déc. 2020

Construction d'une villa neuve de 180 m2 à Sassenage pour des particuliers.

Cette parcelle très particulière diffère fortement des parcelles qui forment le tissu urbain du centre-bourg de Sassenage, de part sa grande superficie, ses dimensions et le parc qu’elle accueille. La parcelle est cernée sur ses 4 cotés par des murs d’enceinte en pierres remarquables et caractéristiques des élément architecturaux du centre-bourg. Ces murs d’enceinte enserrent un parc magnifique formé de sujets classés et remarquables par leurs envergures et leurs variétés, dont un grand cèdre du Liban au centre de la propriété autour duquel s’étagent harmonieusement les autres essences (dont un Araucaria, un noyer d’Amérique et un pin classés). A l’ouest, une épaisse haie de bambous de

part et d’autres du mur d’enceinte crée un masque végétal très dense derrière lequel surgit la falaise du Vercors.


Le projet consiste en la construction d’une villa et sa piscine. Le projet prend le parti de s’insérer en douceur sur cette parcelle et sans impact sur la topographie. Aucun arbre n’est

coupé ni déplacé. Seule la frange de bambou sera éclaircie notant pour ne pas endommager les fondations du mur de pierres à l’ouest. L’enceinte en murs de pierre est intégralement conservée sur ses 4 cotés.


Pour des raisons liées à la conception du paysage urbain, à l’adaptation au bâti existant et à la nécessité de préservation du mur en pierre caractéristique du tissu urbain du centre-bourg, la construction est implantée en retrait de celui-ci et de l’alignement pour ne pas risquer de déchausser les fondations de l’enceinte historique.


Le projet se décompose en un rez-de-chaussée faisant office de soubassement, traité en béton matricé et teinté dans une minéralité en continuité avec celle des pierres de l’enceinte. Ce soubassement est transpercé par de grandes ouvertures vitrées en transparence sur le parc.


L’étage se veut plus aérien et se glisse entre les arbres en venant se poser en douceur sur le parc sur de discrets refends de béton. Seul ce volume est visible depuis l’espace public. En toute simplicité avec un bardage de bois sombre (bois brûlé à l’aspect parfaitement stable dans le temps) qui se fond dans l’ombre des arbres et leurs frondaisons, le long de la haie de bambous. Les ouvertures se dissimulent sous le bardage ajouré à l’ouest et le rythme des ouvertures se lit dans la verticalité en reflétant celle des arbres.


Toutes les menuiseries sont en aluminium et se fondent dans le traitement des façades. Pour n’émerger qu’à très faible hauteur de l’enceinte vu depuis l’espace public les volumes de la construction sont

traités en toitures terrasse entièrement végétalisées afin de bien se fondre dans cette propriété et ce parc emblématique et laisser celui-ci presque intact.


58 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout